Détracteurs et arguments de réponse

Détracteur, pilote -3 septembre 2016

Bonjour,
En tant que pilote et futur ingénieur je suis abasourdi par la quantité d’âneries qui se trouvent dans votre brochure de propagande !
Il est impossible que les avions de ligne aient la capacité de larguer des produits chimiques comme vous l’énoncé ! Demander à des pilotes plutôt qu’aux pouvoirs publics …
Ensuite les traînées ont augmenté simplement car la taille du réacteur a augmenté car ils ont un meilleur rendement !
Finalement, la traînée visible à l’œil nu est simplement de l’eau sous forme solide due aux -50 degrés celsius à cette altitude. Elle va ensuite s’étendre dans le ciel à cause des vents de haute altitude et former un nuage. Car oui bizarrement les Cirrus (nuages de haute altitude) c’est de l’eau.
Donc arrêtez de chercher des complots là où il n’y a rien…
Bonne journée en espérant ne plus voir une de vos brochure sur le pare brise de ma voiture!

Réponse

bonjour,
et merci de votre contact et de votre réaction !

Que faites-vous des innombrables avions bien au-dessous des couloirs civils que nous voyons évoluer entre 2000 et 8000 mètres d’altitude, c’est à dire dans les couloirs militaires … des moyens coucous en général … ceux-là n’ont pas de transpondeur – on ne les retrouve pas sur des sites comme Flight Radar.

Quels supports de condensation rejettent-ils pour que cela forme des traînées persistantes à ces altitudes (inférieures à 8000 mètres) où les lois de la physique ne permettaient pas, avant l’an 2000 que se forme une traînée de condensation à la sortie des réacteurs d’un avion -à réaction ?
Car, ô comble, on voit même, à ces altitudes modestes, des avions à hélice produire des traînées de condensation persistantes … !!!

Préférez vous répéter ce qu’on vous dit sans chercher à vérifier la contre proposition ?

Observez, comptez les avions, menez une enquête comme ces riverains de Roissy
https://www.youtube.com/watch?v=YmpXs6iG9z0

Cherchez le ciel bleu ! De plus en plus rare et de toute façon plus jamais aussi bleu, du beau bleu profond qu’on a pu lui connaître jusqu’à l’an 2000 à peu près. Cela ne vous gêne pas, ne vous choque pas, ne vous révolte pas qu’il soit si souvent lacéré, voilé, opacifié; et ces couleurs extravagantes que prennent les aubes et les crépuscules et qui révèlent à quel point l’atmosphère est saturée de particules, même dans les lieux les plus sauvages, loin de toute pollution, vous n’avez pas remarqué, semble t-il …

Vous vivez sur Terre et pour bénéficier du porte monnaie confortable que vous assurent vos fonctions d’ingénieur, il vaudrait mieux quand même pour vous être en vie et en bonne santé …

Évitez de prélever de l’eau de pluie et d’en faire analyser la teneur en Al, Ba, Sr …

Ci-joint un argumentaire que nous avons fourni au CNRS en janvier 2014, lors d’un congrès, ouvert à la société civile, auquel nous avons participé.

ARGUMENTAIRE CNAM

Meilleures salutations
Claire Henrion

 

 

Sciences et Vie, octobre 2016                                                               Avions et traînées toxiques, cherchez la preuve
Réponse

Navrant !

Votre encart à la page 115 du numéro d’octobre, intitulé « avions et traînées toxiques, cherchez la preuve » est franchement affligeant pour une revue  comme la vôtre qui s’intitule, faut-il vous le rappeler « Science et Vie ». Ni l’une, ni l’autre en fait.

Vous voulez des preuves ?

Faites de la science, de base, plutôt que de nous citer une soi-disant étude sans source qui prétend qu’ « il ne s’agit que des traînées de condensation des avions de ligne ». Il suffit, où que vous soyez en France comme dans de très nombreux autres pays, de vous octroyer des tranches horaires d’observation pour compter les avions que vous voyez passer dans votre champ de vision.

Observer et compter sont les bases de toute démarche scientifique, n’est-ce pas ?

Vous pourrez constater, comme tout un chacun qui s’y adonne, que certains jours –et nuits-, pour un même créneau horaire, il passe 10 fois plus d’avions que d’autres. 10 fois, 20 fois, 40, voire 100 fois plus !

Et que ceux-ci volent bien plus bas que les avions de ligne, lesquels, vous ne l’ignorez pas, volent de nos jours au-dessus de 10 000 mètres, généralement autour de 12 000. Si vous voyez la carlingue de l’avion à l’œil nu, c’est qu’il n’est pas dans les couloirs civils, mais bien en-dessous, dans l’espace aérien réservé aux militaires.

Et ces avions qui volent entre 2000 et 8000 mètres, qui sont ceux que l’on voit, laissent derrière eux des traînées persistantes qui finissent, certains jours (principalement lorsque la pression atmosphérique est en baisse) par couvrir entièrement le ciel. Il suffit de les suivre des yeux pour s’en rendre compte. Voir ce rapport http://www.acseipica.fr/trainees-davions-et-constat-du-trafic-aerien/

Il faut pourtant certaines conditions de température, pression et humidité pour que des traînées de condensation se forment dans le sillage des avions à réaction. Pour laisser de telles traînées à d’aussi  moyennes altitudes, il faut nécessairement, en vertu des lois de la physique, que des particules soient ajoutées, soit au carburant, soit directement aux rejets de l’avion, pour former des noyaux de condensation. Comble d’ironie, certains de ces avions sont à hélice !!! Mais « ce-ne-sont-que-les-traînées-de-condensation-des-avions-de-ligne » !!! Observez-les d’un peu plus près aux jumelles ou au télescope et vous ne pourrez plus en douter.

Outre ces avions clandestins, non équipés de transpondeurs, qui n’apparaissent pas sur les radars civils quoique bien visibles dans le ciel, une panoplie de particules toxiques est déjà incorporée dans le carburant des avions de ligne depuis bientôt 10 ans. Voir à ce sujet l’étude de Manuel Abegglen & al. de Institute for Atmospheric and Climate Science, ETH Zurich (en PJ) et l’interview du Pr Ulrike Lohmann par le cinéaste Mathias Hancke https://www.youtube.com/watch?v=ic4dml5oUVk .

Voir également ce rapport de 2009 sur les phénomènes de condensation liés à la circulation aérienne civile ET militaire, établi par un collège de spécialistes de l’aéronautique belges et hollandais : Case Orange http://www.acseipica.fr/786/

Quant à la toxicité des retombées, leurs teneurs en métaux lourds (aluminium, baryum, strontium) et en molécules de synthèse, certaines déstructurant l’ADN, les certes modestes analyses d’eau de pluie et de filaments aéroportés que nous avons pu mener, par des laboratoires, d’Etat comme indépendants, en atteste.

http://www.acseipica.fr/filaments-aeroportes-teneur-en-metaux-lourds-rapport-analytika-31-mai-2016/

http://www.acseipica.fr/analyses-de-filaments-tombes-du-ciel-2eme-rapport-analytica/

http://www.acseipica.fr/filaments-tombes-du-ciel-1er-rapport-analytika/

http://www.acseipica.fr/analyses-deau-de-pluie-dans-le-doubs-4e/

Vous avez certainement les moyens d’en mener davantage, à moins que la navrante désinvolture avec laquelle vous traitez ce sujet ne finisse par vous faire perdre votre lectorat.

Veuillez trouver en PJ l’argumentaire que nous avons présenté au CNRS lors du colloque « Science à très grande échelle » en janvier 2014

http://www.cnrs.fr/comets/spip.php?article93

http://www.acseipica.fr/sciences-tres-grande-echelle-colloque-cnrs/

En espérant que Science et Vie honore son titre et demeure une véritable revue de vulgarisation scientifique, indépendante et lucide,  au service de la vie et du bien commun, recevez nos meilleures salutations.

Claire Henrion

Astronome

Fondatrice de l’ACSEIPICA (Association Citoyenne pour le Suivi, l’Etude et l’Information sur les Programmes d’Interventions Climatiques et Atmosphériques)

Particulier irrité d’avoir reçu notre flyer dans sa boîte aux lettres -15 janvier 2017
Réponse

je suis absolument désolée qu’une personne ne vous ayant pas rencontré personnellement ait mis ce flyer dans votre boîte aux lettres. Toutefois, autant peut-on se scandaliser de voir tant de papier gaspillé pour des pubs commerciales, autant dites-vous que le précieux arbre qui a donné son bois pour faire le support de la précieuse information que vous avez eu entre les mains, se joint à nous pour tirer la sonnette d’alarme quant à l’empoisonnement constatable du ciel ; il suffit d’observer de manière un peu rigoureuse la circulation aérienne pour s’en convaincre – ceci n’étant que la partie, visible et constatable par tous, de l’arsenal de destruction totale, tenu sous le sceau du secret défense, auquel nous contribuons chaque jour grâce à notre travail et à nos taxes. Si nous nous sentons un tant soit peu respectueux et responsable de la planète que nous laissons derrière nous, il nous appartient à nous, citoyens, de dénombrer et dénoncer les avions dans le ciel (beaucoup plus nombreux que les avions de ligne censés circuler) et de constater les anomalies quotidiennes , en tant de lieux remarquables qu’ils produisent. Les arbres eux, ne demandent qu’à pousser et assainissent sans cesse l’atmosphère. Il leur faut juste les rayons du soleil, un sol suffisamment sain et de l’eau de même. C’est une matière (vivante) des plus renouvelables ! Un arbre abattu, un de replanté, c’est la sagesse du bon cultivateur. Nous n’en abusons pas. Soyez convaincu du respect que nous leur accordons ainsi qu’à vous-même.

Commentaires (5)

  1. ppm00 says

    Ce jeune est persuadé qu’il sera ingénieur avant même d’avoir le diplôme, quelle modestie 😉
    Pourtant, il fait encore des fautes de grammaire : « comme vous l’énoncé » serait mieux avec « ez »
    Et puis aussi des erreurs de raisonnement  » la taille du réacteur a augmenté car ils ont un meilleur rendement ! » Le rendement d’une machine est le résultat d’une conception, d’une modélisation, il ne suffit pas d’augmenter la taille pour augmenter le rendement ! Je suis abasourdi moi aussi par le niveau scientifique de l’ENAC.
    On peut aussi lui conseiller l’association http://www.syndrome-aerotoxique.com/ dont il aura peut-être besoin un jour 😉

  2. Mathilde says

    Bonjour

    Ce monsieur ci-dessus à parfaitement raison pour son commentaire. A ce stade je me demande si cela s’arrêtera un jour, car c’est vraiment dramatique, et beaucoup de personnes souffrent de démangeaisons de toutes sortes, sans parler d’autres problèmes.
    J’ose espérer que cela cesse et que l’on puisse retrouver un jour notre beau ciel bleu.
    Il faudrait que beaucoup plus de monde s’implique dans cette association, pour arriver à faire bloc et que ce soit positif
    Bon courage malgré tout !

  3. ducamin says

    Pour moi le fait même du silence des « autorités » est précisément le signe que les
    épandages ne sont pas pour notre « Bien » ; car si cela était, alors les dites « Autorités  »
    ( politico- économiques ) ne se priveraient certainement pas de s’en vanter  » toutes
    voiles dehors « , tellement c’est leur habitude systématique de se vanter du moindre
     » Bien  » qu’ils prétendent vouloir nous faire . Le caractère « occulte » et pourtant
    indéniablement visible des ces épandages sont une signature des  » coulisses  » de
    l’Administration qui veut régenter le Monde … pour ceux-là nous ne sommes sans
    doute pas grand-chose, seulement des endroits par ou passe l’Argent !… Pas très
    optimiste ! direz-vous , mais c’est mon sentiment, celui d’une manipulation à
    grande échelle … à moins qu’il y aient des bonnes raisons – réellement justes-,
    de nous asperger de produits toxiques ?… mais si cela était alors pourquoi n’en
    serions-nous pas informés !?… J’ai beau chercher à comprendre quelles bonnes
    raisons justifieraient ces épandages – pour rester optimiste !…- je n’en trouve pas !
    Notre droit est de savoir, d’autant plus qu’il s’agit de notre santé, donc de notre vie,
    et nous devons exiger, comme vous le faites, la Transparence ! ; et je vous remercie
    pour votre volonté de vouloir éclaircir ce problème inquiétant et obscur .

  4. BALASTEGUI says

    bonjour, les problémes d »épandages chimiques seront mis en évidence quand la population aura connaissance du taux d »aluminium, de strontium et de barium dans le sang. Combien de gens ont-ils fait des analyses sanguines de ce genres? Personnellement, je ne l’ai pas fait et je ne sait pas combien cela coute. j’ai tres peu de moyen financier. J’ai entendu sur frequence évasion un témoignage de quelqu’un qui a fait ces analyses. Les résultats sont stupéfiants et alarmant! Meme en prenant connaissance de cet abomination, pourquoi des miltaires font-ils cela? Est-ce que les avions sont des drones sans pilotes? Sont-ils commander par des entités non-humaines qui veulent cette planéte? Est-ce qu’il y a un programme de réduction de la population? je me pose beaucoup de questions qui demeurent sans réponses…

  5. Roy says

    Bonjour,

    Difficile de démêler le vrai du faux, de savoir quels sont les réels buts visés mais, une chose est sûre, il ne s’agit pas uniquement de traînées de condensation. Il faudrait que ceux qui tiennent cet argument essayent de réfléchir par eux-mêmes et commencent à réellement observer.

    Il est facile de constater qu’au petit matin, alors qu’un ciel bleu semble promis, des traînées persistantes semblent destinées à suivre la trajectoire du soleil. Si on voulait masquer son rayonnement, on ne s’y prendrait pas mieux. Un voile se forme alors et s’épaissit et rares sont les moments de ciel bleu totalement dégagé observables dans la journée. Et si par malheur ça arrive, voyez comme par hasard de nouveaux avions réapparaissent se croisant et courbant leurs trajectoires.

    Rapidement un nouveau voile se forme et il devient plus aisé de regarder le soleil en face.

    Car c’est vrai que depuis un moment le soleil semble avoir évolué. Il est quasiment impossible de le fixer quelques secondes lorsqu’il n’est pas voilé.
    Alors, est-ce qu’on cherche à nous préserver de son rayonnement devenu trop puissant et néfaste pour nous humains, ou, au contraire, cherche-t-on à nous priver des possibles bonnes ondes que l’astre diffuse ?

    Il est affligeant de voir que le simple de fait de se poser ce genre de questions vous range automatiquement dans les cases « complotiste » ou « paranoïaque » par la masse.

Poster un commentaire