Lettre à Ségolène Royal

logo acseipicaAssociation Citoyenne

pour le Suivi, l’Etude et l’Information

sur les Programmes d’Interventions Climatiques et Atmosphériques

Leymarie   12300 LIVINHAC

09 74 62 34 77

www.acseipica.fr

acseipica.association@gmail.com

 

 

A Madame Ségolène ROYAL,

Ministre de Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie

 

Le 6 juillet 2014

Madame,

 

Nous avons pris connaissance de votre réponse à la question de novembre 2013 du député des Hautes Alpes, Monsieur Joël Giraud, faisant suite à la réponse de votre prédécesseur, Monsieur Philippe Martin, à la question d’octobre 2012 du député de la Haute Garonne, Monsieur Gérard Bapt, sur le même sujet. Nous vous savons gré de l’avoir apportée sans tarder, cependant nous sommes au regret d’apporter un démenti à vos assertions.

 

Voici 12 ans que nous interpellons nos responsables politiques, ainsi que les organismes scientifiques, aéronautiques et météorologiques et que nous obtenons toujours – quand nous en obtenons– une réponse qui peut se résumer en : « ce ne sont que les traînées de condensation des avions de ligne », ce qui à moins d’être aveugle et de ne pas savoir compter, est manifestement faux.

 

Face au déni des services publics et des corporations auxquels nous nous sommes adressés, nous compilons les notes, photos et vidéos d’observation du ciel à travers toute la France.

Nous pouvons assurer que des avions en très grand nombre circulent dans les couloirs militaires et produisent ces traînées longues, larges, épaisses et persistantes, qui voilent le ciel et le défigurent. Elles sont apparues de manière généralisée au-dessus de toute la France en 2002. Elles sont émises – pour ce que l’on voit du sol – par des avions qui circulent dans les couloirs militaires à des altitudes bien inférieures à l’altitude requise pour que de la simple condensation se forme. Elles n’ont rien de comparable aux traînées de condensation des avions à réaction que l’on voyait auparavant, qui ne pouvaient apparaître qu’au-dessus de 8000 mètres et duraient au maximum deux minutes.

 

Nous compilons également les analyses d’eau de pluie et de sol qui attestent de taux inquiétants et croissants d’aluminium et de baryum pour ne parler que des deux composants principaux de ces traînées de ce qu’il faut appeler « épandage aérien clandestin ». Le discours prétendument scientifique sur le taux d’humidité pouvant occasionner de telles traînées n’est recevable que si des aérosols sont ajoutés au carburant.

 

Sans parler des filaments aéroportés, de plus en plus fréquents, récoltés en de nombreux endroits – dont un échantillon collecté devant huissier – qui s’avèrent, suite aux deux rapports d’analyses du laboratoire indépendant AnAlytikA, n’être non pas organiques mais des composés pétrochimiques comportant des phtalates, ce qui signale qu’ils proviennent d’aéronefs.

 

 

Devrons-nous nous résigner à ce que nos responsables politiques et nos diplômés scientifiques nous mentent ?

 

Tout ce que vous avez à gagner à vous ranger à cette politique du mensonge est un discrédit grandissant. Car vous comme nous, sommes tous concernés par le fait de laisser ou non se voiler, lacérer et torturer le ciel, par le fait de se laisser ou non asperger de produits chimiques, toxiques pour notre santé et pour tout l’environnement et ceci à nos frais. Nous ne sommes pas dupes de la politique d’austérité qui cherche à nous cacher ces faits et leur nécessaire financement.

 

Aussi, chère Madame, si après avoir pris connaissance des documents joints ou signalés ci-après, vous vous mettez comme nous à regarder le ciel et à compter les avions tout en estimant leur altitude, vous ne pourrez plus tenir le même discours. A moins que vous n’ayez vraiment pas conscience d’être en vie ni de la valeur de la vie sur cette planète, vous aurez, nous l’espérons, un sursaut salutaire. Vous serez, dans ce cas, assurée de notre meilleur soutien.

 

Recevez, Madame, l’expression de notre meilleure considération, pleine d’espoir.

 

Claire HENRION

Fondatrice de l’ACSEIPICA

 

 

 

Documents joints :

– Demande de création d’une Commission d’Enquête Parlementaire, dossier envoyé le 17 décembre 2011 à tous les députés, sénateurs et eurodéputés de France.

– Compte rendu de la conférence du collectif « Skyguards » au Parlement Européen à Bruxelles le 9 aril 2013

– Rapport Case Orange sur les « traînées de condensation »

– 1ère et dernière page du manuel de cours de l’US Air Force intitulé « chemtrails » datant de 1990

– « Dix années de guerre chimique par les épandages aériens », rapport du Dr I.S. Perlingheri

– Rapport d’analyses de filaments aéroportés récoltés devant huissier le 13 novembre 2013 à Saint Martin de Crau (Bouches du Rhône) par le Centre Indépendant d’Investigations et d’Expertises en Chimie Organique AnAlytikA (Cuers – Var)

– La guerre environnementale globale a déjà commencé, article du Général italien Fabio Mini

– Lois de la physique et valeurs des radiosondes, article de Corrado Penna, professeur de Physique (Italie)

 

Nous sommes à votre disposition pour plus d’information

09 74 62 34 77

Consulter notre site www. acseipica.fr

 

 Vous êtes invités à diffuser largement cette lettre

 

Télécharger

A Mme le Ministre de l’environnement_reponse à J Giraud

Le député Joël Giraud interviewé par l’Agence Info Libre [VIDEO 6:30mn]

Joël Giraud, député des Hautes Alpes et maire de l’Argentière la Bessée a posé une question écrite au Gouvernement au sujet des épandages aériens le 13 novembre 2014. Voir notre article.

Le député des Hautes Alpes, Joël Giraud, interpelle le ministère de l’Ecologie à propos des « chemtrails  » et de la géoingéniérie

Question écrite du député des Hautes Alpes, Joël Giraud

En date du 12 novembre 2013, adressée au Ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie

Sur le site de l’Assemblée Nationale

http://recherche.assemblee-nationale.fr/questions/out/S46/BEMFDKHROYVOKUR1Y84.pdf

Texte de la question

M. Joël Giraud attire l’attention de M. le ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur les phénomènes de « chemtrails » et la géo-ingéniérie. Un certain nombre d’articles sont parus dans des revues scientifiques spécialisées ayant trait aux « mystérieuses traînées dans le ciel » plus connues sous le nom de « chemtrails ». Plus récemment, la Conférence du collectif « skyguards » qui s’est tenu à Bruxelles le 9 avril 2013 a rendu ses conclusions et a présenté au Parlement européen une pétition afin de faire cesser les épandages aériens clandestins dans le ciel. La géo-ingénierie qui comprend les interventions délibérées à large échelle visant à modifier le climat pour limiter le réchauffement climatique a des effets dévastateurs. Des milliers de témoins peuvent dénoncer des traînées d’avions dans le ciel qui se développent d’un horizon à l’autre, s’élargissent et fusionnent jusqu’à couvrir le ciel d’un nuage artificiel. En effet officiellement ces traînées sont considérées comme des traces de condensation laissées par les avions mais les scientifiques qui ont étudié la question mettent en avant le fait que les traces de condensation sont identifiables à des altitudes élevées de l’ordre de 10 000 mètres et que celles-ci se résorbent rapidement alors que les chemtrails apparaissent à des altitudes plus basses entre 2 000 et 5 000 mètres et s’estompent très lentement. Certains émettent l’hypothèse qu’il s’agirait là d’épandage de produits chimiques provoquant d’ailleurs des maladies respiratoires chez les populations survolées et que les appareils concernés sont des avions militaires sans aucune identification
possible, écartant ainsi la piste des appareils civils qui ne seraient donc pas concernés par ces traces. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui faire savoir si des études ont été diligentées par le Gouvernement afin d’apporter des réponses précises aux questions légitimement posées.

 

  • C’est la deuxième fois qu’un de nos députés pose une question écrite sur ce sujet.  

Voici la réponse, publiée le 29 avril 2014

http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-42050QE.htm

 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-7016QE.htm

 

A la suite de quoi, M Joël Giraud a été interviewé sur Street Press par Robin d’Angelo

http://www.streetpress.com/sujet/116812-le-depute-qui-voulait-savoir-pourquoi-il-y-a-des-nuages-dans-le-cie