Pourquoi si peu de gens réalisent-ils qu’ils se font asperger comme des insectes que l’on veut éliminer ?

Commentaires (4)

  1. Holà says

    Par ignorance, mais surtout parce que la société occidentale leur a imposé la télévision, puis l’ordinateur, puis internet, puis les smartphones et les tablettes…
    Ce que savent les gens, c’est que c’est un foutu bordel dehors. Mais ils appliquent la méthode des 3 singes. Ils ne veulent pas savoir, ni admettre cet état de fait. Bienvenu dans la vraie vie de l’individualisme. A la base, ce sont toutes ces entités qui se prétendent élitiste qui nous ont divisés et rendus tel que nous sommes aujourd’hui. Et en même temps, je comprends qu »ils nous méprisent et ne veulent qu’une chose, notre mort. Regardez le comportement général des gens; Ils sont stupides, idiots et ne comprennent rien à rien.

  2. technicienne says

    NOUS DEVONS MANIFESTER CONTRE LES CHEMTRAILS!!! STOP!!! LE CIEL N’EST PAS UNE POUBELLE!!!
    LE GOUVERNEMENT DOIT INFORMER LES GENS SUR CES TRACES BLANCHES QUI VEHICULENT LE CANCER CHEZ LES ENFANTS….
    PARENTS!!! SOYEZ RESPONSABLE!!! GRAND RASSEMBLEMENT TOUS LES SAMEDIS A 14H DEVANT LES PREFECTURES DANS LE PLUS DE DEPARTEMENT POSSIBLE !!!! CITOYENS A VOS BANDELETTES!!! STOP CHEMTRAILS!!!LE CIEL N’EST PAS UNE POUBELLE!!!!

  3. boat says

    C’est la vie…..
    Vous croyez qu’alerter les gens et les gouvernements y changera quelque chose? Les états sont tous de mèche avec le complexe militaire mondial, essayer de lutter contre une chose, c’est lui donner du crédit et cela renforce sa raison d’être.

  4. Bob says

    Acidification monstre : une population zombifiée.

    Don Juan dit ceci à Carlos Castaneda :
    « Nous sommes en présence d’un prédateur venu du fin fond du cosmos qui gouverne notre
    existence. Les êtres humains sont ses prisonniers. Le prédateur est notre maître et seigneur. Il a fait
    de nous des êtres dociles, avachis. Qui cherche à élever une protestation voit son désir supprimé.
    Qui cherche à faire preuve d’indépendance se voit rappeler dans le rang. Jusqu’à présent, j’ai tourné
    autour du pot, je n’ai fait qu’insinuer que quelque chose nous retenait prisonniers.
    Certes nous sommes prisonniers! »
    « Les sorciers de l’ancienne civilisation mexicaine n’y voyaient qu’un matériau énergétique… Ils nous
    ont pris en pâture et nous enserrent de leurs griffes pour exprimer le jus dont ils tirent leur
    subsistance. Au même titre que nous enfermons les volailles dans des cages à poules, les
    prédateurs nous enferment dans les cages à humains, des humaneros.
    Ainsi, leur garde-manger est toujours plein. »
    Sur ce, Carlos répond :
    – Non! C’est absurde, don Juan. Ce que vous dites est monstrueux. Ce ne peut être la vérité!
    Ni au sujet des sorciers, ni des hommes.
    – Pourquoi pas? , répondit don Juan avec calme. Parce que cette idée soulève votre colère? Vous
    ignorez encore bien des choses. Je fais appel à votre esprit d’analyse. Songez un instant et ditesmoi
    comment vous expliqueriez les contradictions entre l’intelligence de l’homme de génie et la
    stupidité de ses convictions ou de ses comportements contradictoires. Les sorciers croient que les
    prédateurs nous ont livré nos systèmes de croyances, les idées que nous nous faisons du Bien et du
    Mal, nos moeurs. Ils ont décidé de nos attentes et de nos espoirs, de nos rêves de réussite et de nos
    échecs. Ils nous ont donné la convoitise, le cupidité et la lâcheté. Les prédateurs ont fait de nous des
    êtres complaisants, banals, égoïstes.
    – Mais comment font-ils don Juan? , demanda Carlos encore plus choqué par les propos de son
    interlocuteur. Nous murmurent-ils des choses à l’oreille pendant que nous dormons?
    – Non, rien de cela n’est nécessaire. Ils sont beaucoup plus efficaces et mieux organisés que cela.
    Afin de s’assurer de notre faiblesse et de notre obéissance, les prédateurs ont engagé une
    manoeuvre prodigieuse du point vue d’un stratège militaire et affligeante du point de vue de ceux qui
    en font l’objet. Ils nous ont imprimé leur volonté. Vous m’avez bien entendu. Les prédateurs nous
    ont donné leur schème de pensée, de sorte que leur esprit est devenu le nôtre. L’esprit des
    prédateurs est baroque, contradictoire, morose, empreint de la crainte d’être découvert à tout instant.
    – Je sais que, même si vous n’avez jamais souffert de la faim, vous êtes angoissé à l’idée d’être privé
    d’aliments. Cette angoisse n’est rien d’autre que celle des prédateurs qui craignent de voir leur
    manoeuvre découverte et d’être ainsi privé de nourriture. Ils insinuent en notre esprit, lequel est en
    réalité le leur, tout ce qui peut leur être utile. Ils s’assurent ainsi d’une certaine sécurité qui agit
    comme un frein sur leur propre peur.
    – Les sorciers de l’ancienne civilisation mexicaine ne s’entendaient pas sur le moment où les
    prédateurs firent leur apparition sur Terre. Ils croyaient que l’Homme avait d’abord dû être libre, doté
    d’un esprit pénétrant et perspicace, pareillement aux êtres qui peuplent désormais les légendes
    anciennes. Puis tout semble disparaître et nous nous retrouvons en présence d’un homme sous
    sédation. L’ennemi en présence n’est pas qu’un simple prédateurs; ils est très intelligent et bien
    organisé. Il procède méthodiquement pour nous rendre amorphes. L’Homme, l’être appelé à un
    grand destin, n’a plus rien de magique. Il n’est qu’une pièce de viande à l’étal de ses bouchers.
    L’homme n’a plus de rêve, sinon celui d’un animal élevé pour sa chair, des plus banal,
    conventionnel, imbécile.

    Il n’est donné qu’à l’observation d’établir un fait sur des bases irrécusables. – François Magendie

Poster un commentaire