VOUS N’Y CROYEZ PAS ? VERIFIEZ PAR VOUS-MEME !

Les vols civils aériens se font en très haute altitude, 8000 m au moins, même les trajets nationaux les plus courts. Ceci depuis l’an 2 000, car auparavant, pour les petits vols, l’altitude minimum était de 4 000 mètres. J’ai obtenu cette information de trois sources différentes, pilotes de l’aviation civile rencontrés à diverses occasions.
Entraînez vous à vérifiez à quelle altitude volent les avions qui émettent ces traînées, bien différentes des traînées de condensation d’avant l’an 2000.

La présentation des calculs ci-dessous a été améliorée au fil des ans par l’apport de quelques contributeurs (voir commentaires, merci à eux)

Le profil de votre index, bras tendu, vous donne grosso modo la mesure de 1° d’arc. Cela fait partie du B.A.BA de l’astronome amateur. Or, beaucoup d’avions épandeurs ont pour taille apparente  peu près la moitié, soit 30 minutes d’arc = 0,5°
.
Nous avons ici une nomenclature des avions qui peut nous permettre de les identifier http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_avions_civils

Nous voyons que beaucoup font autour de 25 m de long. Connaissant leur taille réelle et estimant leur taille apparente grâce à notre index, il existe une formule mathématique permettant d’en déduire la distance  :
theta (en radians) = d/D  

– Theta, c’est la la taille apparente de l’avion que vous mesurez avec votre index, en degrés d’arc (0,5° degré, par exemple, comme nous pouvons l’évaluer vraiment très souvent);

– d c’est la taille réelle de l’avion (prenons 25 m)
– et D sa distance (l’inconnue). Si vous ne prenez pas votre mesure pile à la verticale, il faut tenir compte de l’angle que fait l’avion avec le zénith pour obtenir l’altitude.

Nous connaissons theta et d, il nous faut trouver D

La formule sera donc:
D= theta / d

Avec theta = 0,5°
et d = 25 mètres

Il nous faut convertir theta en radians:

360° = 2pi radians
donc 1° = 2pi / 360 (radians)
et 0,5° (soit 1/2°) = 2pi / 360 / 2 (radians) = 0,008 726 …
maintenant je divise la taille réelle de mon avion (nous avons dit 25m) par cette taille apparente exprimée en radians
25 / 0,008 726 = 2 864 m
Donc, si l’avion que je vois a pour taille apparente la moitié du profil de mon index bras tendu , en supposant qu’il mesure 25 m de long, on peut en déduire qu’il se trouve à 2 800 m de nous.
Pour obtenir son altitude, il faut tenir compte de l’angle qu’il forme avec le zénith (à la verticale de vous); il faut multiplier par le sinus de l’angle,donc pour 45° par exemple: 2864 x sin45 = 2025m .
S’il fait plus de 25 m de long pour la même taille apparente, c’est qu’il est alors plus loin/haut :
Pour 30 m, je le trouve à 3 437 m de distance soit pour un angle de 45° : 2976 mètres d’altitude
Et s’il est plus petit (20 m), il est plus près/ bas : 2 291 m de distance, soit pour un angle de 45°, 1 984 mètres d’altitude.
S’il occupe plus d’un demi-degré apparent dans le ciel, c’est aussi qu’il est plus bas, toujours relativement à sa taille apparente.
Admettons qu’il occupe 1° (ça c’est carrément gros),
s’il mesure 25m, il est à 1 432 m (de distance)
s’il mesure 30 m, il est à 1 718 m
et s’il mesure 20 m il est à 1 145 m.

Nul doute qu’il ne peut s’agir d’un avion civil puisque ceux-ci circulent obligatoirement au-dessus de 8000 mètres. Sauf évidemment au décollage et à l’atterrissage mais dans ce cas là ils ne croisent pas à l’horizontale.

Il s’agit donc d’un avion militaire. CQFD

Faudra t-il encore respecter longtemps le secret militaire ?
Qui protège t-il ?
Ne nous met-il pas en grave danger ?

Le rapport CASE ORANGE nous apprend que même s’ils n’épandent pas spécifiquement de produit chimique, leur kérosène est beaucoup plus polluant que celui des avions civils et les nombreuses particules émises provoquent donc de la condensation.
… sans compter les épandages délibérés d’autres produits toxiques

Mais ce même rapport, ainsi que nos récentes enquêtes, nous apprennent également que des compagnies low-cost contribuent à « l’effort d’épandage ». Leurs avions, eux, croisent beaucoup plus haut, comme tous les avions civils, au dessus de 10 000 m et là, ils épandent aussi.

Double couche, merci !!!
Si vous avez pris l’avion récemment, vous avez peut être pu remarquer ce voile de haute altitude.

Claire

postez ici votre message

Commentaires (7)

  1. viagra online says

    est très difficile
    voir ce que la hauteur de vol des aéronefs qui émettent des traînées très différente de traînées compliquée avant 2500

  2. Anonymous says

    Bonjour
    Je trouve ces calculs un peu curieux !

    0,5° = 2 pi radians / 720 = 4523,89… radians
    et
    D = 4523,89… radians / 25 soit 2261,94 mètres

    Je ne suis pas mathématicien, mais tout de même …
    Cheers
    P.O.

  3. Anonymous says

    bonjour pour avoir l’altitude et le cap voila ma méthode
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=220214631325192&set=a.108443829168940.14981.100000099697781&type=1&theater

    j’utilise les radars virtuels
    http://www.flightradar24.com/?lat=50.6
    mais bien entendu les avions épandeurs ne sont étrangement pas munis de transpondeurs et donc ils échappent aux radars.
    voila donc comment je peu mettre en contradictions nos détracteurs voir photo ci jointe .
    a + et bon courage

  4. Anonymous says

    Il serait plus vrai de dire que D (2864 m dans votre exemple) est la distance du point d’observation à l’avion. Donc 2864m à la verticale, mais 2025m à 45° (2864 x sin45). Soit encore plus bas.

  5. ACSEIPICA says

    Tout à fait juste !

  6. christophe says

    Je suis pilote de ligne et je pense pouvoir répondre a vos inquiétudes : Les trainées de condensations peuvent apparaitre à partir de 2500 m tout dépend de la température de la stabilité de l’air, du taux d’humidité. La durée de leur persistance, elle dépend de l’état de l’atmosphère s’il est stable instable s’il y a du vent en altitude etc…….
    Les calculs décrits ci-dessus sont très aléatoires en sachant qu’un avion fait de 8m pur un petit jet à 70 pour un gros porteur.
    Pour ce qui est des altitudes règlementaires tout dépend du type d’avions du trajet etc. on peut très bien faire une croisière a 3000m et non à 8000m comme indiqué

    • Claire - ACSEIPICA says

      bonjour et merci de votre commentaire. C’est très encourageant pour nous que des professionnels de l’aviation commencent à bien vouloir dialoguer sur la question. Aussi me permettrai-je de vous opposer quelques observations et de vous poser quelques questions: tout d’abord, je ne sais pourquoi …, j’observe les traînées d’avions depuis 1965 (j’avais alors 5 ans) et appris à leur sujet, jusqu’à la fin des années 90, qu’elles ne pouvaient se former qu’au dessus de 8000m, en fonction des conditions de température, pression et humidité. Elles étaient toujours courtes, fines et disparaissaient rapidement. Du jour au lendemain, en 2002, sont apparues ces traînées larges, épaisses, persistantes qui finissent par voiler le ciel, émises par des avions présents par dizaine dans le ciel, des heures durant et manifestement à des altitudes nettement inférieures à 8000m. Êtes-vous sûr qu’il s’agisse d’avions de ligne civils ? Moi, pas trop, parce que j’en ai observé un bon nombre au télescope, et parmi, beaucoup étaient noirs ou kaki…
      Trois de vos collègues pilotes de ligne, rencontrés dans des circonstances différentes et ne se connaissant pas entre eux, m’ont affirmé que depuis l’an 2000, les couloirs aériens civils avaient été « relevés » de 4000m à 8000m pour tous les vols, même les courts trajets intérieurs. Pouvez-vous le confirmer et nous dire dans quelles circonstances des vols civils peuvent s’effectuer de nos jours en-dessous de 8000m ? (évidemment en dehors du cas décollage-atterrissage, avec, pour ce dernier, la possibilité d’avoir à tournoyer à basse altitude autour de l’aéroport avant de pouvoir atterrir). J’habite un endroit calme et quand le ciel est couvert, j’entends ronronner parfois sans cesse pendant des heures au-dessus de la couche nuageuse …
      Avez-vous pris connaissance du rapport d’experts de l’aéronautique « Case Orange » (sur ce blog)?
      Quant aux calculs suggérés dans l’article, un lien vers des nomenclatures d’avions, permet d’adapter le calcul à la taille de l’avion du moment que l’on peut en identifier le type. S’ils sont plus petits que 25m, ils sont encore plus bas …

Poster un commentaire à Anonymous