Compte rendu Royal Society discussion meeting on Geoengineering

 English version below
Ci-dessous vous trouverez nos observations et un court rapport concernant nos interventions pendant le discussion meeting du Royal Society on Geoengineering.

Rencontre-débat: La Géoingénierie – prendre le contrôle du climat de notre planète
Organisateurs: M. Andy Ridgwell, le professeur Chris Freeman, professeur Richard Lampitt
Lieu: Royal Society, 6-9 Carlton House Terrace, Londres, UK
Dates: 8 et 9 Novembre 2010

Dans le fichier pdf ci-joint vous trouverez le programme complet, les résumés, les biographies des conférenciers et des listes de participants. John Shepherd n’était pas sur la liste, mais très présente.

Militants pour un ciel bleu:
Claire Henrion, Saskia Messager (ACSEIPICA, France) les deux jours
Andrew Johnson (Royaume-Uni) le 09/11/2010

Présence d’ONG

Le lundi matin, à l’arrivée à la Royal Society, quelques membres de « Hands of Mother Earth » avaient accroché une banderole « Stop la géo-ingénierie» et distribuaient des petits papiers avec les déclarations « nous sommes là pour s’opposer à la géo-ingénierie » et de contester le rôle de la Royal Society . A part cette action, aucun action a été menée par d’autres ONG .
Différents groupes opposés à la géo-ingénierie dans l’auditoire du rencontre-débat ont été Biofuelwatch (au nom de la ETCgroup (pas présent!)), EcoNexus, ACSEIPICA, Andrew Johnson. Peut-être quelques autres, mais nous ne les avons pas rencontré. Il y avait environ 200 participants. Il y avait plus de monde présent que sur la liste de participation inscrit.


INTERVENTIONS POUR UN CIEL BLEU

Il y avait 8 présentations par jour. Après chaque deuxième présentation il y avait 30 minutes de discussion, la plupart du temps seulement 4 à 5 questions ont été répondu. Donc, c’est évident qu’avec 200 personnes présentes ce n’était pas facile de obtenir la parole.

Claire Henrion a fait une intervention à la fin du premier jour. Elle prit la parole à propos du mensonge sur le CO2 et les, selon elle, véritables causes du changement climatique, c’est à dire, l’utilisation des installations HAARP et la géo-ingénierie déjà perpétuée avec les chemtrails. Il n’y avait pas de réaction des présentateurs. Brian Launder qui présidait ce débat, a suggéré qu’elle devrait régler cette question dans une discussion d’une à une. Quoi qu’il en soit Claire a réussi à attirer l’attention sur les chemtrails. Son intervention a été la déclaration finale de la journée.

Saskia Messager a fait une intervention la deuxième journée, après la présentation de David Keith sur le captage du CO2 de l’air. Nous avons assisté ici à la promotion de sa propre entreprise sur le captage et stockage du carbone. Il s’agissait d’une présentation commerciale à 100%. Nous avons appris plus sur le coût de réalisation de son invention que sur son efficacité.
Bien que le sujet traité ici par David Keith n’était pas les épandages d’aérosols, une intervention en ce moment là, pour des raisons d’impact plus d’attention des médias présents, semble opportun.
Elle a commencé tranquillement à ne pas être interrompue immédiatement. Voici ce qu’elle a réussi à dire:

«Aujourd’hui, je parle en tant que citoyen très inquiet. J’ai commencé à m’intéresser à la géo-ingénierie, en faisant des recherches sur mes problèmes de santé. Par le biais de sites Web de chercheurs indépendants, j’ai été informé que certaines substances toxiques qui ont été retrouvées dans mon corps, tombaient en faite du ciel.
Je pense que nous avons tous remarqué que le trafic aérien a augmenté considérablement au cours des dernières décennies. Et bien que les carburants sont de plus en plus performants avec un taux résidu de particules après combustion très faible, on peut remarquer dans le ciel de plus en plus de traînées anormalement persistantes. Le ciel d’été d’un bleu profond est devenu très rare. Nous voyons de plus en plus souvent un voile blanc laiteux dans le ciel, la brume qui n’est certainement pas due à la présence négligeable de 0,04% de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Comme ces traînées anormalement persistantes persister et se répandent pendant des heures dans le ciel à une altitude de 37.000 pieds, ils finissent par créer des hauts cirrus.
Des millions de personnes dans le monde entier sont très préoccupés par ce phénomène pour des raisons différentes.
La persistance de ces traînées semble indiquer la présence de particules chimiques. C’est pourquoi beaucoup se réfèrent à eux comme des « chemtrails ».
(Ici, elle a commencé à être interrompue, mais elle a continué)
L’analyse de laboratoire des échantillons de sol et de l’eau dans certaines régions, même totalement préservées ont montré des niveaux élevés de l’aluminium et du baryum. Ce qui nous amène à penser que la géo-ingénierie par l’injection de particules d’aérosol dans l’atmosphère est un évènement en cours.
(Ici, ils l’ont coupé la parole).

David Keith répond:
– Il a commencé à dire que sa vie a été menacée par des militants opposés aux chemtrails et qu’il a reçu de nombreuses menaces de ne pas continuer à promouvoir le SRM (Solar Radiation Management).
– Il a dit qu’il était disposé à croire que les gouvernements n’ont pas toujours de bonnes intentions pour le peuple, mais que une chose tellement énorme lui semble impossible
– Il a déclaré que s’il était vrai, un tel secret n’aurait jamais pu être gardé sous silence pendant si longtemps.
– Il a dit qu’il a regardé la question des chemtrails, mais qu’il considère cette question comme une théorie du complot.
– Il demande avec instance à Saskia de considérer que les chemtrails ne sont pas vraies (sonnait comme un avertissement!)

Saskia Messager a pris la parole à nouveau:
– Elle a demandé si David Keith pourrait expliquer que dans une région vierge et préservée comme le Mt Shasta, en Californie (USA), des échantillons de neige ont révélé des niveaux d’aluminium de 60.000 ppm. Soixante fois le niveau maximal autorisé (1.000 ppm).
David Keith:
– Il se tut, n’a pas répondu
Richard Lampitt a répondu (l’un des organisateurs):
– Ce n’est pas vrai, « un tel secret, ne pouvait pas avoir été gardé secret, c’est impossible »

À la pause café Saskia a discuté à nouveau avec David Keith. Il lui a dit que l’alumine est partout sur la terre, il lui a dit de nouveau vérifier les résultats de laboratoire et d’être sûr que cela a été fait par un laboratoire fiable.
Apparemment, le résultat 60.000 ppm a eu un impact sur lui. (Merci pour ceci Francis et Dane)

À un autre moment Saskia a eu la possibilité de pouvoir parler à David Keith et poser des questions concernant les conséquences sur la santé du déploiement du SRM. Elle a soulevé que cette question n’était pas du tout traitée dans toutes les présentations et que l’aluminium et les sulfates affecteront la vie sur la terre d’une manière très négative.
La question irritait David Keith, il a répondu que beaucoup de ses collègues ont étudiés ces questions. Et qu’il n’était « pas juste » de faire une telle déclaration.


Il est à noter que David Keith a quelque peu changé sa stratégie. Depuis plusieurs années, il a été un des grand promoteurs des épandages d’aérosol dans le cadre du SRM, car la gestion de pulvérisation étant si facile et peu coûteux à faire. Dans cette rencontre-débat il prend clairement quelque peu distance de ses déclarations antérieures. Il a dit à plusieurs reprises au cours de ces deux jours « qu’il ne pense pas que la situation climatique est si catastrophique, que les épandages d’aérosols doivent être utilisée ». Le SRM sera plus une question de dernier recours.
Après une présentation d’un collègue, Noami Vaughan de l’université d’East Anglia, où elle a déclaré que «le SRM (les épandages) doit être maintenue pendant de nombreux siècles d’éviter un accroissement rapide de la température et une augmentation correspondante de la concentration de CO2 dans l’atmosphère », David Keith l’attaquait quelque part en disant: «Personne ne pense sérieusement à utiliser le Solar Radiation Management ».


Points intéressants

==> Un accès facile à tous les conférenciers et les scientifiques.
Il y avait une ambiance très informelle et courtoise. Tout le monde était prêt à débattre d’une manière ouverte. Cela pourrait encourager les autres à participer plus souvent dans ce type de rencontre-débat. Au moins votre voix sera entendue.



==> Les avions ne sont pas une option pour effectuer l’injection de particules dans l’atmosphère ….
Seuls deux techniques d’injection de particules dans l’atmosphère pour exécuter les SRM ont été présentés à la réunion.
1. Marine Cloud Brightening (Eclaircissement des nuages marins) par John Latham Professeur, Centre National de Recherche Atmosphérique, USA
Ensémencement des nuages stratocumulus par des grandes quantités de particules monodispersées sub-micromètriques d’eau de mer.
2. SRM par injection de particules dans le stratopshère par (devinez quoi …)… des montgolfières géantes, Dr Matthew Watson, Université de Bristol, Royaume-Uni -! Projet SPICE
Plusieurs ballons de 285 mètres (!!!) flottant à une hauteur de 20 km reliés à un navire avec un tube de 20 km de long. Avec la pression, les sulfates et/ou les particules d’aluminium, seront acheminées par le tube et dispersées à une altitude de 20 km par les ballons. Absolument fou ! Heureusement il y avait des ingénieurs scientifiques qui ont déclaré que ce n’était absolument pas possible. La pression nécessaire pour amener les particules à cette hauteur est au-delà de la faisabilité.

Après cette présentation M. Edwards, dans le public a demandé pourquoi ils ne seraient pas question de l’utilisation des avions commerciaux pour disperser les particules, comme de nombreux brevets sur cette possibilité existent déjà depuis des lustres. Et comme cette solution étant par ailleurs bon marché.
Dr Watson a répondu qu’il ne pense pas que mélanger des particules avec le carburant sera possible …..
N’est-ce pas intéressant que l’injection de particules dans l’atmosphère par des avions n’est tout simplement pas une option pour la Royal Society?
Ici, nous parlons tactique et stratégie médiatique. Et peut-être un aveu silencieux qui ils n’ont pas besoin de le faire, parce que c’est déjà fait ..


==> Questions sur les conséquences de pulvérisation de particules dans l’atmosphere:
Dr Carol Turley (conférencier) a demandé à Dr Matthew Watson: Qu’est ce qui va arriver à ces particules de sulfate dans l’air ?
Dr Watson: Ils vont tomber sur la terre
Dr Carol Turley: Donc, Qu’est-ce que ces particules feront aux océans et au sol? Est-ce que le pH changera?
Dr Watson: oui, le pH changera ?
Dr Carol Turley: il aura une incidence sur la vie?
Dr Watson: oui



==> Qualité des présentations
La plupart des présentations ont été très vagues, hypothétiques. Un grand nombre d’extrapolations catastrophiques reposent sur des hypothèses et pas sur des observations.
Il était frappant de constater que pas mal de conférenciers scientifiques ont présenté des graphiques sans indications du type de mesures sur les axes horizontaux et verticaux…
En somme beaucoup de suppositions et d’incertitudes sur lesquelles les scientifiques de la Royal Society veulent se baser pour imposer à la terre entière des prises de décision dramatiques et catastrophiques.


è La majeure partie des conférenciers, scientifiques, hommes et femmes d’affaires et autres participants étaient originaire du Royaume-Uni et de l’Amérique du Nord.
D’évidence leurs points de vue ont une base géographique et donc politique très étroite. Les scientifiques du climat d’autres régions du monde étaient totalement absents! Les points de vue exprimés pendant ces deux jours de conférence à la Royal Society ne sont clairement pas partagés à travers le monde!
Les seuls institutions gouvernementales représentées au débat était le DECC (département du changement climatique et énergie) et l’US Navy et des chercheurs du gouvernement américain.


==> Double langage
D’une côté tous les conférenciers ont dit qu’il y a tellement d’incertitudes et même inefficacités dans les techniques de géo-ingénierie, qu’il ne doivent jamais être utilisés. D’autre part, ils vendent tout le concept pour obtenir des fonds pour la recherche et la mise en œuvre du géo-ingénierie. C’est que du business.
Ils disent que le remède est pire que la maladie, mais poursuivent leur promotion du concept de géo-ingénierie.

==> Stratégie de marketing auprès du grand public
Ils étudient le grand public pour voir ce qui va leur faire accepter la géo-ingénierie. Ils dépensent beaucoup d’énergie dans ce domaine.
« Obtenez la confiance des gens et vous pouvez pirater la planète » Cela a été dit lors de la réunion.
Par ailleurs ils considèrent qu’ils ne font pas partie du public (« chercheurs » contre « public »).


==> Psychologie
– La science du climat est historiquement une science d’observation, pas très excitant. Les scientifiques du climat ont dans le passé probablement eu beaucoup de difficulté à obtenir des fonds pour leurs recherches.
Maintenant, il ya ce battage sur le changement climatique et enfin  l’argent circule dans ce domaine. Soudain, ils sont à l’honneur, les fonds affluent. Il ne faut pas oublier qu’ils gagnent très bien leur vie maintenant avec les propositions et éventuellement l’exécution des techniques de geo-ingénierie. Ils ne sont pas réceptif à entendre que le SRM fera plus de mal que de bien. C’est encore pire quand on leur dit ce qu’ils proposent se fait déjà depuis des dizaines d’années en toute illégalité.
– La boîte de Pandore
– Ils ne sont plus limités à l’observation, ils peuvent maintenant fabriquer, changer le monde et ainsi laisser leur empreinte sur cette terre, le rêve de tout chercheur.
C’est là que les scientifiques peuvent être facilement manipulées.


En conclusion: l’existence des chemtrails et la géo-ingénierie en cours a été exprimée et discutée lors de la réunion Royal Society discussion. Notre voix a été entendue.

« There is a crack in everything, through which the light can come in. »
(Il y a une fissure dans chaque chose, à travers laquelle la lumière peut entrer)

postez ici votre message

Resume Blue sky interventions at the Royal Society Discussion meeting on Geoengineering

Please find herewith our observations and a small report on our interventions during the discussion meeting.

Discussion meeting: Geoengineering – taking control of our planet’s climate

Organisers : Prof. Andy Ridgwell, Prof. Chris Freeman, Prof. Richard Lampitt

Place : Royal Society, 6-9 Carlton House Terrace, London

Dates : 8 & 9 th of November 2010

In the attached pdf file you will find the full program, abstracts, speaker biographies and participants lists. John Shepherd was not on the list, but very present.

Blue sky fighters: Claire Henrion, Saskia Messager ( ACSEIPICA, France) both days

Andrew Johnson (UK) 11.9.2010

ONG presence

On arrival monday morning at the Royal Society, a few members of Hands Of Mother Earth had put up a banner « stop geoengineering » and were handing out small papers with statements « we are here to oppose geoengineering » and contesting the role of the Royal Society. Apart from this no other action has been conducted by any other ONG.

Different groups opposing geo-engineering in the discussion meeting audience were Biofuelwatch (on behalf of the ETCgroup (not present!)), EcoNexus, ACSEIPICA, Andrew Johnson. Maybe some others but we haven’t met them. There were about 200 attendees. Some more than on the participation list.

BLUE SKY INTERVENTIONS

There were 8 presentations per day. After each 2 presentations there was 30 minutes of discussion, mostly only 4 to 5 questions were responded. So it has to be stated that with 200 people present it was not easy to get one’s turn to speak up.

Claire Henrion made an intervention at the end of Day 1. She spoke up about the CO2 lie and about the according to her real causes of climate change, meaning the use of HAARP facilities and the ongoing geoengineering with chemtrails. There was no reaction of the speakers. The chair Brian Launder suggested that she should sort this out in a one to one discussion. Anyway Claire succeeded in drawing attention to the issue of chemtrails. It was the concluding statement of the day.

Saskia Messager made an intervention the second day, after the presentation of David Keith on CO2 capture from the air. He was here promoting his own company on carbon capture and storage. It was a 100% business presentation. We learned more about the business cost of his invention than its efficiency. 

Although his subject here was not the aerosol spraying, she thought, for pure impact reasons, that an intervention at this point of time, would get some more (media) attention.

She started calmly to not to be interrupted right away. She got this far, here is what she succeeded to say:

« Today I speak out as a very concerned citizen. I got interested in geoengineering when I was researching my health problems. Through independant researchers’ websites I was infomed that some substances that were found in my body, were actually falling from the sky. 

I think we all have noticed that air traffic has gone up tremendously over the past decades. And although the fuels are more and more performing with little particles residu after combustion, we can notice in the sky more and more abnormally persistant contrails. Deep blue summer skies have become very rare. We mostly have a milky white haze in the sky, which haze is certainly not due to the 0,04% presence of carbondioxide in the atmosphere. As those abnormally persistant contrails linger for hours at an altitude of 37.000 feet they end up creating high cirrus clouds.

Millions of people around the world are very concerned about this phenomena for different reasons.

The persistance of those contrails seem to indicate the presence  of chemical particles. That’s why many refer to them as chemtrails.

( Here she started to get interrupted, but she continued)

Lab analysis of soil and water samples in some even pristine areas have shown high levels of alumina and baryum. Which leads us to think that geoengineering through injecting aerosol particles in the atmosphere is an ongoing event.

(Here they stopped her).

David Keith‘s answer: 

– He started saying that his life has been threatened by chemtrail activists and that he received many threats to not to continue promoting SRM (Solar Radiation Management).

– He said that he was willing to believe that governments are not always doing good things for the people, but that such an enormous thing would not be possible

– He stated that if it was true such a secret could never have been kept silent for so long.

– He stated that he has looked in to the chemtrails issue but that he considers this issue as a conspiracy theory.

– He urges Saskia to consider that chemtrails are not true (sounded like a warning !)

Saskia Messager addressed the meeting again:

– She asked if David Keith could explain that in a pristine area like the Mt Shasta in California, snow samples have shown levels of alumina of 60000 ppm. Sixty times the maximum authorized levels.

David Keith:

– he fell silent, did not answer

Richard Lampitt answered ( one of the organizers):

– This is not true  » such a secret, could not have been kept secret, it’s impossible »

At the coffeebreak Saskia discussed again with David Keith. He told her that alumina is everywhere on the earth; he told her to again check the lab results and to be sure that it was done by a reliable laboratory. 

Apparently the 60000 ppm result has made an impact on him. (Thank you for this Francis and Dane)

Saskia has had the chance to adress another time David Keith with questions concerning the health aspects and consequences of SRM. She stated that this issue was not adressed at all in the presentations and that alumina and sulfates would affect live on earth in a very negative way.

David Keith got quite upset stating that many of his colleagues have adressed those issues. And that it was « not fair » to make such a statement.

It has to be noted that David Keith changed somewhat his strategy. For over the past few years he has been promoting very strongly the Solar Radiation Management trough aerosol spraying being so easy and cheap to do. As where at this meeting he distanced himself somewhat from his earlier statements. He said several times during those two days that « he didn’t think that the climate situation was that catastrophic, that aerosol spraying should be used ». It would be more a last resort issue.

After a presentation of a fellow colleague, Noami Vaughan from the university of East Anglia, where she stated that « SRM has to be maintained for many centuries to avoid rapid increases in temperature and corresponding increases in atmospheric CO2 concentration », David Keith somewhat attacked her saying « Nobody thinks about seriously using SRM ».

INTERESTING POINTS

==> Easy access to all speakers and scientists

There was a very informal and courteous ambiance. Everyone was willing to exchange views in an open way. This might encourage others to participate more often in this type of open discussion meetings. At least your voice will be heard.

==> Planes are not an option for particle injection in the atmosphere….

_ Only two techniques for injecting particles in the atmosphere to execute the SRM have been presented at the meeting. 

1. Marine Cloud Brightening by Prof John Latham, National Center for Atmospheric Research, USA

            seeding stratocumulus clouds with copious quantities of monodisperse sub-micrometre seawater particles.

2. SRM through stratospheric particle injection by (guess what…) ..balloons !!, Dr Matthew Watson, University of Bristol, UK – SPICE project

      Several balloons of 285 meters (!!!) floating at a height of 20 km connected to a ship with a 20 km long tube. With pressure, sulfate or aluminum particles, will be brought up through the tube to be dispersed at the height of 20 km by the balloons. Fortunately there were some scientific engineers who stated that it was absolutely not possible. The pressure needed to bring up the particles at this height is beyond feasibility.

Then Mr. Edwards from the public asked why they wouldn’t use commercial airliners to disperse the particles, as many patents already outline this possibility. And as this solution furthermore being cheap. 

Dr Watson responded that they don’t think mixing particles with fuel will be feasible…..

Now isn’t that interesting that particle injection in the atmosphere by airplanes is just not an option for the Royal Society ?

Here we are talking tactics and media strategy. And might be a silent confession that they don’t need to do it, because it is already being done..

On the consequences of spraying particles:

Dr Carol Turley (speaker) asked dr Watson: « what will happen to those sulfate particles up in the air

Dr Watson: They will fall down on earth

Dr Carol Turley: So what sulfate will do to the oceans and soil ? will the pH change ?

Dr Watson: yes pH will change

Dr Carol Turley: so it will affect life ?

Dr Watson: yes 

==> Quality of the presentations

Most presentations were very vague, hypothetical. A lot of catastrophic extrapolation based on assumptions and not observations.

It was striking that quite some scientific speakers presented graphs with no indications of type of measures on the horizontal and vertical axes..

A lot of guessing with a lot of uncertainties on which they want to enforce (their term) dramatic decision making on the earth.

==> Mostly UK and US scientists

The main part of the speakers, scientists, business people and the rest of the attendees were from the UK and North America.

So their views have only a very narrow base. Scientists from other parts of the world where totally absent ! Their views are not shared worldwide !

Only UK government DECC (department of energie and climate change) involvement, US navy and US government researchers.

==> Double language

At one hand all speakers said that there are so many uncertainties and even unefficiencies in the geoengineering techniques, that it should never be used. On the other hand they are selling the whole concept to get funding for research and implementation. It’s all business.

They say the cure is worse than the disease but still go on. 

==> Marketing strategy

They are studying the public to see what will them make to accept the geoengineering. They spent quite some energy in this.

« Get the trust of people and you can hack the planet » This has been said at the meeting.

By the way they consider they are not the public ( scientists versus public).

==> Psychology

– Climate science used to be a science of observation, not very exciting. They probably had a lot of trouble getting funds for their research.

Now there is this climate change hype and money is flowing. Suddenly they are in the spotlights. They are making a living with all this.

– Pandora’s box

– They are no longer restricted to observation they can now engineer, change the world and leave their footprint on this earth, the dream of every scientist. 

This is where scientists can be easily manipulated.

In conclusion : the existence of the chemtrails and the ongoing geoengineering has been expressed and discussed at the Royal Society discussion meeting. Our voice has been heard. 

There is a crack in everything, through which the light can come in.

For the content of all presentations please have a look at the attached pdf file.

We hope this information is useful to you.

postez ici votre message