Analyses d’eau de pluie 2019-2020

avant et après confinement

  • Faites par le laboratoire Qualio de Besançon (agréé COFRAC) depuis 2012; échantillons recueillis par Laurent Bernard: recherche de métaux lourds dans l’eau de pluie par analyse de l’échantillon liquide et des particules de fond de bassine (résidu sec) dans des échantillons relevés toujours au même endroit.
    • Laurent a fait analyser un échantillon prélevé en décembre 2019 ; puis un nouvel échantillon en mai, après 2 mois de confinement, sans circulation aérienne ni épandages ou si peu…
  • Voilà les comparaisons pour l’échatillon liquide (mesures en microgrammes ou miligrammes) :
    • sensiblement égal pour le magnésium, le potassium, cérium, gadolinum, titane, lanthane,
    • 2 fois moins d’aluminium,
    • un peu moins de fer,
    • environ 2 fois plus d’argent, d’arsenic, de barium, de cadmium, de chrome, cobalt, plomb, lithium, manganèse, nickel, strontium, calcium, gallium.
    • 6 fois plus de cuivre,
    • 9 fois plus de zinc

L’augmentation de ces taux nous interpelle … Pourquoi y a t-il davantage de baryum, strontium, etc … dans cet échantillon liquide alors qu’il y a eu moins de circulation aérienne et moins d’épandages ?

  • Mais voilà les comparaisons pour le résidu sec (mesures en miligrammes ou grammes ; il faut toutefois noter que le laboratoire déclare avoir une trop faible masse d’échantillon et donc un fort taux d’incertitude ; mais le poids de résidu sec  n’est pas mentionné) :
    • 150 fois moins de cobalt
    • 130 fois moins de cadmium
    • 60 fois moins d’argent, de bismuth
    • 40 fois moins d’arsenic, de nickel,
    • 30 fois moins de lithium
    • 3 fois moins de calcium
    • environ 2 fois moins de baryum, de manganèse, potassium
    • un peu moins de magnésium
    • 1,5 fois plus de zinc, de fer, de titane
    • environ 4 fois plus de cuivre
  • On constate avec l’analyse du résidu sec qu’il y a beaucoup moins de métaux lourds après ces deux mois de calme …

A comparer avec les taux donnés dans l’article de l’Institut d’astrophysique de Zurich (metionné dans le film Overcast) pour les résidus de combustion des avions de ligne (sachant que le carburant qui les alimente est enrichi en métaux lourds -depuis 2008 afin qu’ils contribuent à « l’effort d’épandage » même s’ils n’en font pas délibérément) http://www.acseipica.fr/rejets-dechappement-des-avions-caracterisation-chimique/

et ceux de ces analyses d’échantillons prélevés en vol en Italie http://www.acseipica.fr/analyses-dechantillons-de-poussieres-fines-prelevees-en-altitude/

In fine, pour comprendre la chimie qui s’opère dans les épandages, il faudrait se pencher sérieusement sur le manuel de cours pour les pilotes de l’US Air Force datant de 1991, intitulé « chemtrails », origine du nom. Qui aura le courage de mettre ce pain sur sa planche de travail (200 pages en anglais mais surtout des formules) ? http://www.acseipica.fr/wp-content/uploads/2013/11/chemtrails-chemistry-manual-usaf-academy-1999.pdf

Autres analyses

Une analyse de poils de chien dans le Cantal par une association paysanne révèle la présence de baryum mais contact difficile avec cette association qui ne veut pas que cela s’ébruite.

D’autres analyses avaient été menées sur des poils de chèvre en Haute-Loire en 2009-2010 par notre regretté Jean Claude Bourdon, vétérinaire et membre de l’ACSEIPICA, décédé en 2013, qui avaient également révélé la présence de baryum dans le poil de ces chèvres qui vivaient à l’air libre sur des causses déserts.

Observation du ciel 7 au 13 avril 2014

relevé sentinelle du ciel 7-13 avril 2014 Fumel (47)
relevé sentinelle du ciel 7-13 avril 2014 Fumel (47)

sentinelle du ciel Mâcon (71) 7 au 13 avril 2014
sentinelle du ciel Mâcon (71) 7 au 13 avril 2014

 

+ quelques autres témoignages du samedi 12 avril 2014

  • Aujourd’hui en Sarthe, nous avons un ciel voilé. Les traces sont évidentes.   Les traînées persistantes deviennent progressivement de gros nuages persistants.  Je n’ai jamais vu une telle chose.  Marilyn

 

  • … la même chose que dans mon coin du Maine et Loire en matière d’intensité inouïe d’épandages…

Hier et avant-hier : Cauchemar. Hallucinant tant par le nombre d’avions

que par une stratégie de pulvérisation tous azimuts + palette fournie de réactions connues du tissus nuageux créé. Plumes magistrales (épaisses !) avec cirrus, nuages comme brûlés à l’acide, traînées très épaisses, ondulations ++++, « dessins libres » ++++, épandages en formations par 2, 3 voire 4 appareils avec virages simultanés, etc…

Aujourd’hui : nous baignons dans une brume qui laisse à peine voir les traînées, mais les programmes continuent bel et bien.

Grand soleil pourtant, mais le ciel est là sans être là. Pollution totale. Air saturé.

Et les gens s’en fichent. Pascale

 

  • Ciel tout blanc laiteux après des épandages toute la semaine sur Paris. Dominique