Le CFR : rencontres sur la Géoingénierie.


Le CFR (Council on Foreign Relations – think tank américain) a organisé le 5 mai 2008 à Washington DC des rencontres intitulées :

« Géoingénierie unilatérale à l’échelle planétaire ».


source : http://www.cfr.org/project/1364/geoengineering.html

Les quatre tables rondes avaient pour thème :

1. Science et technologie de la géoingénierie.

2. Élaboration d’une politique étrangère de régulation de la géoingénierie.


3. Planification des étapes à venir.


4. Géoingénierie et gouvernance mondiale.

On peut télécharger sur le site cfr.org un document préparatoire intitulé « Géoingénierie unilatérale » introduisant les débats (14 pages) :

* en PDF : GeoEng_Jan2709.pdf
* en html : GeoEng_Jan2709.html

Résumé – Traduction du document :

***


« Géoingénierie unilatérale »

Page 1 : Résumé.
– Contrairement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui pour être efficace doit être entreprise de manière multilatérale par tous les grands pays émetteurs, la géoingénierie peut être élaborée rapidement et unilatéralement par un parti unique, à un coût relativement faible.
– Bien que présentant des risque environnementaux (acidification de l’océan, destruction des récifs coralliens, changements dans la composition des écosystèmes terrestres) la géoingénierie pourrait être nécessaire pour éviter ou inverser certains changements du climat ou l’élévation du niveau des mers synonymes de catastrophes pour des centaines de millions de personnes.
– Cet atelier mettra l’accent sur les stratégies visant à réguler les essais et le déploiement de systèmes de géoingénierie, en encadrant leurs éventuelles conséquences indésirables. Nous verrons s’il est possible de limiter la géoingénierie à un plan d’urgence international qui serait déclenché dans le cas de catastrophes climatiques importantes.

Page 2 : Rappel sur la théorie du réchauffement climatique lié à l’augmentation de gaz à effet de serre d’origine humaine.

Page 3 : Techniques possibles de géoingénierie :

* injection dans la stratosphère de particules réfléchissant la lumière. (page 4)
* création de nuages artificiels dans la troposphère. (page 5)
* placement en orbite d’objet réfléchissant ou atténuant les rayons du soleil. (page 6)
* modification des surfaces sombres de la terre telles que les forêts en surfaces claires (prairies, couvertures neigeuses) absorbant moins la chaleur.

Le document indique en particulier les moyens permettant la diffusion de particules dans l’atmosphère : roquettes, ballons ou flotte d’avions. (« … a fleet of high-flying aircraft.  » page 4)

Page 7 : Impacts environnementaux possibles.

Page 9 : Du danger d’arrêter un programme de géoingénierie une fois commencé.

Page 10 : Développements qui inciteraient à utiliser la géoingénierie :
Apparition possible de « surprises climatiques » telle que :
* hausse rapide du niveau des eaux due à la fonte inattendue d’une grande partie du Groenland.
* hausse importante des températures due à la libération du méthane contenu dans les terres gelée de l’Arctique.

Page 11 : Que peut-on faire ?
* Élaboration de traités internationaux.
* Création de normes sur la géoingénierie.

***

Une rapide analyse :

Le CFR est un think tank américain qui a pour but de conseiller la politique étrangère des États-Unis en proposant des orientations et des textes de réflexion. Cette organisation regroupe républicains et démocrates, issus du monde politique, des médias, ou de l’industrie. Son influence est dite très forte.

La notion de systèmes de géoingénierie est donc en voie d’être introduite dans le monde politique comme réponse aux changements climatiques. La question qui se pose aux responsables de ces programmes est de justifier de manière raisonnable l’utilisation de techniques potentiellement dangereuses en créant des régulations, des normes ou des traités.
Il est en particulier crucial pour ces responsables d’acclimater le monde politique à l’existence du programme d’épandage de chemtrails déjà commencé depuis de nombreuses années. On peut noter à ce propos le chapitre page 9 : « Du danger d’arrêter un programme de géoingénierie une fois commencé ».

Le document attire l’attention sur la notion de « surprises climatiques » (« climate surprises », page 10) qui pourraient déclencher une réaction du monde politique et de l’opinion publique en faveur d’un plan d’urgence de géoingénierie. Or le passé nous montre que de nombreuses crises « surprises » ont été orchestrées afin d’obtenir la réaction appropriée des politiques et des populations en faveur de plans de sauvetage élaborés à l’avance (voir les diverses crises énergétique, terroriste, économique et bientôt climatique).

Cependant au fur et à mesure que le politique sera sensibilisé à ces questions, il sera également sensible à la dénonciation de ces programmes de modification climatique par les citoyens informés et concernés.

———-
Sources (en anglais) :
http://www.cfr.org/project/1364/geoengineering.html
http://cryptogon.com/?p=7709

sur le CFR :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Council_on_Foreign_Relations
http://www.voltairenet.org/article14344.html

postez ici votre message

Commentaires (2)

  1. Anonymous says

    Bonjour
    vous serait il possible de nous dire quand cette plainte a été déposé et donc si vous avez eu une réponse et d’autres part pourquoi cette plainte a t’elle été déposé dand le morbihan.
    Merci par avance de votre réponse .
    a continuer de vous lire .

    Une plainte a été déposée par ACSEIPICA dans le MORBIHAN pour épandage aérien de substances inconnues et altération du climat local et transmise au procureur de la République de Vannes.

  2. ACSEIPICA says

    bonjour,
    il vaudrait mieux parler de ça sous l’article correspondant.
    En tapant « dépôt de plainte » dans la barre de recherche, vous le trouverez, avec la date et les péripéties.

Poster un commentaire à Anonymous